11. The « D » days (1 et 2 janvier 2018)

Je cherche un titre et c’est en anglais qu’il me vient à l’esprit.. Normal, nous sommes le 10 janvier à Gibraltar où nous faisons escale depuis 3 jours. J’ai donc 9 jours de retard… Vous comprendrez pourquoi si vous avez le courage de lire les articles qui suivront !!

Flash back donc sur le réveillon. Nous sommes tous les 4 (Delphine, Sonia, Arnaud et moi) et la conversation revient souvent sur le grand départ du lendemain. Après le champagne et les embrassades de circonstance avec nos chéries (j’avoue, j’ai abusé en pensant aux 15 jours à venir ), nous nous retrouvons le premier jour de l’année 2018 devant la maison à charger les containers dans la voiture de Sonia, direction Gruissan une dernière fois en train. Avec nos containers. Compte tenu de la taille et du poids, on ne peut parler de valises… Personnellement, j’emporte encore pas mal d’outils et de matériels juste reçus mais Arnaud part avec une « VALISE » de plus de 40 kgs. De la farine pour le pain, 5 kgs je crois,  les moules à baguettes, un lecteur DVD avec les DVD, des bouquins, 5 kgs de mandarines, un batteur électrique, une batterie de couteaux de cuisine à faire pâlir le gagnant de top chef et j’en passe… Mais je jure devant Neptune que c’est VRAI !! Il a quand même un tee shirt et un pantalon de survêt Adidas offert par Sonia exprès pour l’occasion… Le standing de mon bateau va en prendre un coup… en tant que Capitaine de ce fier navire, je vais fermer les stores et rideaux à la nuit tombée pour éviter la honte sur mon pavillon !

La SNCF est à la hauteur de ses retards mais assure quand même la correspondance à Bordeaux et nous sommes à bord à 16h30 ce 1er janvier comme prévu non sans avoir commencé par l’excellente cuisine du bar ambulant. On ne déconne pas avec la bouffe… même un lendemain de réveillon..

53650310202__695E6D2E-25F7-4320-9AC4-CC435BB13077

J’attaque direct à la machine pendant qu’Arnaud prend ses marques à la cuisine. Il semble ravit.

Soirée restau… puis dodo. Demain la journée va être très très longue.

Mardi 2 janvier 2018. Arnaud prend la Nissan électrique de location pour faire le plein à Metro Narbonne. Pendant ce temps, je baptise enfin (mais seul, snif, snif….) « Raphaël »… J’appose aussi le numéro d’immatriculation français qui va avec notre pavillon. pas question de jouer sur ce point, les gardes côtes espagnols sont réputés et plus nous avancerons vers le sud, plus la question de sécurité sera présente avec surement son paroxysme à Gibraltar.

Arnaud est de retour à 10h30… Je ne vais pais en faire un chapitre entier, quelques photos suffiront. Je comprends juste que nous n’allons pas mourir de faim et qu’il y aura au menu (différent à chaque repas) de quoi rivaliser avec un jeune chef qui brigue sa première étoile au Michelin. Il passe une heure dans la cambuse à ranger ses boites et à faire ses sacs congélation. Je vous laisse imaginer la taille du brie sur la photo… A l’heure où j’écris, il en reste encore la moitié… Mais à l’arrière, ce ne sont plus les relents de gasoil qui dérangent… c’est le brie qui veut quitter sa boite…………..

Romane et Pietro arrivent à midi. Ils sont contents mais épuisés. Romane par son travail à l’école et Pietro par son job plus une bonne crève. Nous attaquons quand même un somptueux sauté de volaille à la crème en attendant le reste de l’équipage.

Franck, Guy et Fred arrivent par le même train et le même taxi. Il est 15 heures, nous sommes au complet, on largue les amarres dans une heure. Sans manger Franck descend à la machine pour tenter de faire partir le deuxième groupe. Fred plonge aussi dans les fonds pour tenter de stopper la fuite du chauffe eau avec du mastic epoxy.

Je regarde la météo pour la troisième fois depuis midi, nous sommes vernis. Départ prévu sans vent, ce qui est rare à Gruissan et nuit parfaite jusqu’à Alicante ou Carthagène le lendemain selon l’allure….

Chacun est installé… chacun apprécie le confort préparé par Delphine pour chaque équipier qui a ses draps, sa couette et ses serviettes de toilettes. on est loin de l’Hermione et de ses hamacs ! Nous avons tous le sourire. Je suis étrangement calme. J’ai laissé une énergie sur ce bateau depuis deux mois… Je ne m’en savais pas capable…. Je suis content, je suis sur que le bateau est prêt… à ce moment là, c’est ce que je crois…

Il est 16 h 00.Romane et Pietro plage avant, Fred et Guy plage Arrière, Arnaud à la VHF pour me guider (et Franck toujours à la machine, le groupe 2 ne part pas…)

On largue les amarres !!!! direction l’Atlantique et La Rochelle…

A suivre

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s