2. RETOUR EN FRANCE

Jeudi 23 Novembre 2017.

Départ de Saintes à 4 heures 30 du matin avec Franck et Jean-Michel.

7h00. décollage de Bordeaux pour Lyon. 10h30 départ de Milan en voiture de location. Arrivée sur le bateau à 13h30. Pizzas avec Pietro, achat du matériel de sécurité, passage à la capitainerie pour payer le port, embarquement de 20 litres d’huile moteur et consultation de la météo. Un seul mot nous trotte dans la tête depuis ce matin. ON SE CASSE !!

16 heures. Le soleil brille encore, pas de vent et mer calme. On largue les amarres ! Bye Bye Italie !! Bye Bye Pietro et merci pour TOUT ! pour tout avec un T en majuscule. Sans lui, nous en serions surement encore à éplucher chaque soir les pages web de vente en ligne de bateaux…

17 heures. Le soleil passe sous l’horizon, Franck est à la machine, il a posé de nombreuses sondes et contrôle les moteurs avec une précision d’horloger. Jean-Michel règle les paramètres de navigation et peaufine les réglages du radar. Delphine avait raison : Je ne peux pas être mieux entouré pour cette prise en main qui fait quand même pas loin de 300 nautiques ! Après cette journée de fous à 200 à l’heure, je souffle enfin et je commence à réaliser :

Un an de recherche depuis que Delphine m’a annoncé à mon retour de l’ile d’Yeu « J’ai bien réfléchi, on va vivre sur notre bateau à La Rochelle ! Comment on fait pour trouver un grand bateau? » Elle est vraiment trop top ma femme…

Un an de rêves donc, de galères, de soirées sur internet, de projets, de plans, de joies, de voyages, de visites… et de déceptions. Mais un an à apprendre comment acheter un bateau. Je ne regrette rien. C’était long, chiant, constructif, formateur… et nécessaire.

17h30. Je réalise donc. Je suis à la barre de mon bateau, de notre bateau. Nous filons presque 12 noeuds avec la côte italienne qui défile sur tribord. 12 noeuds à plat, au chaud. Chaque nautique nous rapproche des eaux françaises… Enfin, je navigue. Je suis content, très content même. Attentif. Pas inquiet mais attentif à la découverte de celui qui va bientôt s’appeler « Raphaël ». Attentif à ses nombreux bruits, au roulis, aux paramètres moteurs, à son étrave et à son sillage…. Je commence enfin à prendre plaisir.

20h00. Nuit noire, la lune descendante passe vite sous l’horizon. Nous croisons quelques cargos qui font route sur Savone ou Gênes. La bière est bienvenue. Elle est fraîche, les verres ne se renversent pas. On plaisante au chaud un œil dehors et l’autre sur le radar qui semble vraiment très bien réglé. Sans AIS, c’est une bonne nouvelle car nous allons surement naviguer deux nuits. Nous ferons escale à Saint Tropez pour un plein de carburant et quelques courses au petit matin après une courte nuit de sommeil. Nous sommes partis de Gênes à l’arrache et le frigo est presque vide. Je serais ennuyé d’avoir une mutinerie pour ma première navigation !

IMG_0968

23h30. Nous sommes en France. Les sémaphores appellent à la VHF. Qui sommes nous pour avancer seul dans le noir à 12 nœuds sans AIS ? J’explique… trop content de dire sur les ondes : « Ca y est !!! je l’ai !!! je rentre en France !!! » mais bon… en grand professionnel du canal 16 j’annonce ma position et je décline les formules d’usage. Seul le ton du message doit donner une idée de mon plaisir. Il doit être sincère, aucun garde côte ne juge bon de venir nous arraisonner.

02h00. Le bateau navigue vraiment bien. La carène et les hélices sont propres. la conso est très cohérente. Un petit bémol, le bateau prend beaucoup d’eau sur l’arrière. Franck cherche. Les pompes de cales fonctionnent. C’est préoccupant…. tout est normal quoi !

3h30. Ma première manœuvre de port. Saint Tropez de nuit. Ponton carburant. Jean-Michel fait du pilotage à commande vocale et après un ou deux « avant tribord ! Stop arrière babord maintenant !! » j’arrive comme un pro au ponton. Gasoil à 1.59 euros le litre. Nous sommes bien à St Trop. Ma carte bleue vire au rouge vif au regard des 2000 euros les 1200 litres. Il faudra s’habituer………..Ça va nous changer d’Equilibre et de son petit plein annuel de 400 litres.

04h00. Je quitte le ponton carburant pour une brillante nouvelle manœuvre en marche arrière vers le môle d’Estienne d’Orves (c’est le grand quai sur babord quand on rentre à St Trop). Franck et Jean-Michel amarrent le bateau et cherchent la bonne rallonge pour la prise de quai.

Moi, je regarde la météo.

A suivre……

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s